Politics

Le Burkina plonge dans l’incertitude: Toute l’actualité sur liberte-algerie.com


Coup d’État “soft” au Burkina Faso où les soldats mutins de dimanche dernier sont passés à l’action. Lundi, ils annoncent avoir pris le pouvoir parce que les responsables politiques, malgré leurs promesses, ont été incapables de mettre fin au terrorisme. La Cédéao n’a finalement réagi qu’hier en condamnant le putsch.

Aussitôt est créé le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) “qui regroupe toutes les composantes des forces de défense et de sécurité (et qui) a ainsi décidé de mettre fin au pouvoir de Marc Roch Christian Kaboré ce 24 janvier 2022”, a annoncé le capitaine Kader Ouedraogo, entouré d’une quinzaine de militaires à la télévision.  Un couvre-feu est instauré de 21h00 à 5h00 (locales et GMT) sur tout le territoire, a poursuivi Kader Ouedraogo, lisant un communiqué signé du leader du MPSR, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, commandant de la 3e région militaire, qui apparaît comme le nouvel homme fort du pays. Le MPSR s’est engagé lundi “à proposer dans un délai raisonnable (…) un calendrier de retour à un ordre constitutionnel accepté de tous”.  

Et pour éviter vraisemblablement de subir le même sort, les putschistes ont appelé les patriotes, les Africains intègres et les amis du Burkina à soutenir leur démarche. Le capitaine Kader Ouedraogo a appelé, dans son intervention à la télévision “les patriotes, les Africains intègres et tous les amis du Burkina Faso à le soutenir et l’accompagner dans ce tournant décisif de l’histoire de notre pays”. Certainement déçus par le président “diesel”, comme est qualifié le chef de l’État en raison de sa lenteur à prendre les décisions, des centaines de personnes sont descendues dans la rue pour manifester et exprimer leur soutien aux militaires.

Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU a réclamé mardi la “libération immédiate” du président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, déposé par un coup d’État militaire ce week-end. “Nous demandons aux militaires de libérer immédiatement le président ainsi que d’autres hauts responsables qui ont été arrêtés”, a déclaré Ravina Shamdasani, une porte-parole du haut-commissariat, lors d’un point de presse à Genève. 

Les États-Unis et l’Union européenne ont également demandé la “libération immédiate” de M. Kaboré. La France a de son côté condamné le coup d’État militaire et a appelé ses ressortissants à la prudence et à éviter tout déplacement au Burkina. Le président français Emmanuel Macron a condamné mardi le coup d’État au Burkina Faso, où des militaires ont annoncé avoir chassé du pouvoir le chef de l’État Marc Roch Christian Kaboré dont l’ONU demande “la libération immédiate”. “J’ai eu de premiers échanges avec les dirigeants de la région, j’en aurai dans les prochains jours”, a déclaré Macron en marge d’un déplacement dans le Limousin. “Très clairement, comme toujours, nous sommes aux côtés de l’organisation régionale qu’est la Cédéao (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, ndlr) pour condamner ce coup d’État militaire.” 

 


D. B./AFP





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.